La rage au ventre: pas de knock-out - Chronique Cinema

    

La première fois que j'ai vu une photo de Southpaw, j'ai dû y regarder à deux fois. C'était bien Jake Gyllenhaal? Ce visage chiffonné, cette grimace sanglante, ces muscles tendus: l'acteur de Donnie Darko, Zodiac et Brokeback Mountain était à peine reconnaissable.

Beau travail pour Gyllenhaal évidemment, d'autant que cette transformation physique l'aide à fournir une interprétation de qualité.

Tant que La rage au ventre reste sur le ring et que l'attention se concentre sur les boxeurs, le réalisateur, Antoine Fuqua, parvient à lui donner suffisamment de coffre. Il faut dire que Fuqua a déjà prouvé, notamment à travers Training Day et plus récemment The Equalizer, qu'il sait mettre en boîte d'excellents films d'action, et les matchs de boxe qu'il présente ici dégoulinent d'adrénaline.

Malheureusement, le reste du film, c'est de guimauve qu'il dégouline, ce qui représente sans doute la vision selon Fuqua de ce qu'est l'émotion. Dans ses bons jours, Clint Eastwood peut donner l'équilibre requis à ce genre d'histoire dramatique.

Mais Fuqua rate totalement La rage au ventre pour ce qui est de l'équilibre. Heureusement, les films de sport peuvent toujours compter sur ce sentiment de triomphe tellement prévisible. Oups, spoiler!

Commenter cet article

Cliquez pour evaluer
Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les Conditions générales de Cinenews.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profile.
Afficher plus de commentaires

Plus d'infos sur le film

Toute l'actualité cinema

Dune: 5 chiffres autour du tournage - Actu

Dune: 5 chiffres autour du tournage

Il s'agit certainement de l'un des films les plus attendus de l'année. Cette oeuvre magistrale littéraire de science-fiction, écrite par Frank Herbert a toujours fasciné le milieu cinématographique. Après une adaptation sublime signée David Lynch, une version animée mitigée de Jodorowsky et une... Lire la suite...