Ant-Man, Everest, Straight Outta Compton... votre Dvd review - Critique Cinema

    

Rejeton le plus facétieux et "irrévérencieux" de la famille Marvel, Ant-Man aura mobilisé les passions, faites d'enthousiasme ou d'énervement. Mais, peu importe le changement de réalisateur (même si nous aurions tellement aimé voir la version d'Edgar Wright), ou encore le passage de flambeau entre Scott Lang (Paul Rudd) et Hank Pym (Michael Douglas), et autres détails à même de déclencher un tempête dans un verre de lunettes de geek. Ant-Man c'est fun, rafraichissant vu l'impressionnante noirceur des franchises Marvel post Avengers, drôle, et tout public. Cool!

Cote: 8/10 Extras: featurettes, scènes coupées, bêtisier, commentaire audio, etc.

Si vous n'appréciez pas particulièrement la culture hip-hop, surtout tendance gangsta, ne rejetez pour autant pas immédiatement ce biopic (Straight Outta Compton) plutôt bien ficelé consacré au groupe N.W.A. Si l'on oublie les relectures de l'histoire (Ice Cube se refait une réputation), la mise en scène explose, l'énergie déferle, et les reconstitutions de live font halluciner. De quoi s'offrir un moment de plaisir, et tester à donf' son système 5.1. Placez le sub sous le divan, effet de massage garanti!

Cote: 7/10 Extras: Featurettes, scènes coupées, commentaire audio, etc.



Le passage du grand écran au "petit" ne nuit pas vraiment à ce film catastrophe de bonne facture… soit un long-métrage très abyssale! Image au sommet, son à l'avenant rendent hommage à cet Everest, une tragédie inspirée d'événements réels.

Cote: 7,5/10 Extras: Featurettes, making of, commentaire audio, etc.



Même si ce long-métrage fait illusion un temps, mêlant une vision paumée, plouc et fauchée des States, au film d'espionnage, avant de virer au trash, American Ultra n'atteint pas vraiment sa cible. Le film d'auteur dérangeant cède rapidement la place à un produit sans âme véritable, nettement moins intéressant que le sulfureux God Bless America de Bobcat Goldthwait.

Cote: 6/10



Initialement vu dans un avion long-courrier en état de demi-sommeil, sur un écran minuscule, durant un vol interminable, La rage au ventre (Southpaw) m'aura permit de gérer mes insomnies de voyageur. Plutôt prenant, sans être essentiel, ce drame tournant autour de la boxe et de la rédemption nous permet d'admirer un intéressant face à face entre Jack Gyllenhall (très physique) et Forest Whitaker. Et déjà rien que pour ça…

Cote: 7/10 Extras: featurettes, scènes coupées, bêtisier, commentaire audio, etc.



Doublé gagnant pour un Bouli Lanners toujours aussi hyperactif. Ici dirigé par Saviva Dellicour et les frères Malandrin, notre homme passe d'un registre ultra intimiste sur fond d'enquête, à un délire erratique sur fond de quêtes (personnelles). Ces deux long-métrages qui possèdent forces et faiblesses, méritent toute votre attention. Une mise en bouche délicate avant le prochain bébé de Bouli: Les premiers, les Derniers.

Cote (moyenne): 7/10 Extras (selon le film): making of scènes coupées, commentaires audio, interview, court-métrage, etc.



Un drame juridique, La dame au tableau, avec Gustav Klimt en toile (littéralement) de fond, interprété par Helen Mirren et Ryan Reynolds, ce n'est pas un programme déplaisant à regarder, même si le film en soi n'a rien – lui - d'un chef-d'oeuvre absolu.

Cote (moyenne): 6,5/10



En bref:
- Le Labyrinthe: la terre brûlée
… Si vous avez apprécié le premier volet de cette franchise, vous n'aurez pas moins de plaisir à déguster cet opus central du triptyque.

- Seconde adaptation filmique du jeu vidéo Hitman, cet Agent 47 peine à capter l'attention des spectateurs tant sa mise en scène insipide le rend transparent et ennuyant.

- Jude Apatow ne change en rien sa recette classique: Crazy Amy (Trainwreck) repose sur son habituel mélange de trash et de sentimentalisme. Sympa.

Commenter cet article

Cliquez pour evaluer
Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les Conditions générales de Cinenews.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profile.
Afficher plus de commentaires

Plus d'infos sur les films

Toute l'actualité cinema

Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents comics - Actu

Avec la série "Hunters", la chasse aux nazis prend des accents "comics"

Un groupe de chasseurs de nazis, mené par Al Pacino, dans une série truffée de références aux comics et aux super-héros: "Hunters", nouvelle production d'Amazon Prime, bouscule les représentations de la Shoah au risque d'en déranger certains.