"L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet", "The Mortal Instruments : City of Bones", "Meteora"...Votre Cinereview ! - Actu Cinema

   - 

Bienvenue dans votre Cinereview hebdomadaire, comme chaque semaine nous allons passer en revue les sorties de la semaine pour vous aider à faire votre choix. Cette semaine l’ambiance est à la détende et à la rigolade avec diverses comédies. Ca tombe bien, les Diables Rouges vont au Brésil on peut se relâcher…

Cette semaine Jean-Pierre  Jeunet  le papa d’ « Amélie Poulain » nous revient avec un petit bijou « L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet » adaptation du roman de  Reif Larsen. On retrouve la patte du maitre à travers l’esthétique irréprochable et les sauts chronologiques.  On tombe sous le charme du petit Spivet enfant prodige qui entame un voyage initiatique à travers les Etats-Unis. Une petite perle à ne pas manquer.

Dans la lignée de « The Hungers Games » ou  « Twilight », Hollywood s’est à nouveau lancé dans l’adaptation cinématographique d’une saga fantastique axée ado. On ne sait jamais… Si ça pouvait cartonner autant que les 2 autres… ! Et bien ça ne sera pas pour cette fois-ci, « The Mortal Instruments : City of Bones » ne convaint pas.  Malgré un côté plus dark et un quota de fantastique acceptable, on nous ressert encore et toujours la même soupe, soupe réchauffée qui plus est.  Un vampire qui vient au secours d’une jeune fille qui vient de découvrir un univers obscur et parallèle. Ca ne vous dit rien ? Vous n’avez pas comme une impression de déjà-vu ?

On continue avec « Meteora » du grec Spiros Stathoulopoulos. Le film nous raconte l’histoire d’amour impossible entre un moine et une nonne dans un monastère orthodoxe sur les formations rocheuses de Meteora.  Vu le sujet, le réalisateur aurait pu vite déraper dans le graveleux mais il n’en est rien. Monsieur Stathoulopoulos filme avec distance et sérénité. Un film on ne peut plus grec pour les amateurs de films d’art et d’essai qui aiment prendre leur temps. Pour les autres par contre, la séance risque de se transformer en sieste improvisée…

On vous avait promis de la rigolade, du bon fendage de cacahuète, voici les comédies ! La première, est américaine. Dans « Grown Ups 2 » on retrouve le casting initial pour de nouvelles aventures. Le groupe de copains se retrouvent réunis dans la petite ville des Etats-Unis où ils ont grandi et où leur ami  Lenny s’est installé.  Comme dans le premier opus, la bande de pote se refait une deuxième jeunesse.  Avec la mention Adam Sandler au casting on vous indique tout de suite le niveau du label de qualité « Pipi-Caca-Prout »… Evidemment le film ne fait pas dans la dentelle mais de temps en temps ça fait du bien. Allez-y, on ne le dira à personne.

La deuxième comédie est française et signée Albert Dupontel . Dans « 9 mois Ferme » Ariane Felder juge et célibataire endurcie  se retrouve enceinte et qui plus est d’un criminel. Ne se souvenant strictement de rien, Ariane va tenter de comprendre… Drôle et touchant à la fois « 9 mois ferme » va vous  faire rire et c’est tout ce qu’on lui demande !

 

Jamais deux sans trois on continue avec « La Tendresse » de Marion Hänsel. Un couple séparé depuis quinze ans se retrouve le temps d’un voyage pour aller rechercher leur fils victime d’un accident de voiture. Tiens tiens tiens… ça ne vous dit rien tout ça ? Un couple séparé obligé  de voyager ensemble… Et si je vous dis « Le Volcan » ? Dany Boon ? Ah ça y est le franc est tombé. Ce n’était qu’il y a deux semaines en plus ! Les scénaristes seraient-ils en panne de créativité ? En tout cas, dans ce cas-ci c’est la déception intégrale ! Le film manque d’originalité bien sûr mais également d’épaisseur. Passez votre chemin !

« Au Bonheur des Ogres » viendra clore ce chapitre comédie. Nicolas  Bary tente tant bien que mal d’adapter un roman de Daniel Pernac et ce n’est pas facile. Lorgnant un peu trop sur l’univers Jeunet, Nicolas Bary a du mal à trouver son style pour cette comédie noir, rose et loufoque. On retrouve toutefois un casting trois étoiles qui porte le film. « Au Bonheur des Ogres » c’est un peu comme les huîtres, il faut goûter avant de dire que l’on n’aime pas…

Cette semaine vous retrouvez également « Lettre à Momo » film d’animation japonaise, drame aux accents mystérieux dont seuls les japonais  ont le secret.

On récapitule, au menu cette semaine, on a du bien gras, bien lourd, du fin gourmet ou encore de l’exotique. A vous de choisir ce que vous allez vous mettre sous la dent.

On se retrouve la semaine prochaine pour un nouveau Cinereview. Bonne semaine cinéma.

 

 

 

 

 Avis

 Plus d'infos sur les films

 Toute l'actualité cinema


Newsletter
Inscrivez-vous à notre newsletter: