Sylvester Stallone

Filmographie Sylvester Stallone

Date de naissance : 06/07/46 (72 ans)
Nom de jeune homme : Sylvester Enzio Stallone
 Nationalité : Etats-Unis

Biographie

Sylvester Stallone est un acteur, scénariste et réalisateur italo-américain, célèbre avant tout pour ses rôles dans des films dits "d'action" à dominante dramatique comme Rocky ou Rambo. 
 
L'enfance de Sylvester Stallone a été mouvementée. Mal considéré par son père, il est renvoyé de quatorze écoles en onze ans. Ses camarades de classe l'élisent comme le "plus susceptible de finir sur une chaise électrique". Avant de percer dans le cinéma, il multiplie les emplois précaires. 
 
Sylvester Stallone a étudié l'art dramatique à Miami. De retour à New York, il Lire toute sa biographie apparaît dans plusieurs pièces off-Broadway. Ses premiers pas au cinéma sont des rôles très mineurs. À titre d'exemple, il tourne aussi un film érotique, l'Étalon italien, un film gênant à porter dans une filmographie (que des producteurs ressortiront après le triomphe de Rocky pour profiter du succès naissant de l'acteur). La majeure partie de ses autres rôles le cantonnent dans des apparitions brèves de loubard, comme dans Bananas où il chahute un pauvre Woody Allen. Il fait également quelques apparitions dans des séries télévisées comme Kojak, mais sa carrière semble au point mort. 
 
C'est pendant ces années que Stallone écrit le scénario de Rocky, l'histoire d'un boxeur minable qui se voit offrir la chance de sa vie le jour où le champion du monde de boxe lui propose de l'affronter sur le ring. Son histoire est inspirée d'un combat de boxe auquel il assista en tant que spectateur et qui mis aux prises le grand Mohammed Ali avec un boxeur inconnu, Chuck Wepner. Contre toute attente, ce dernier résista et donna une réplique acharnée au grand champion. 
 
Conscient que le rôle de Rocky Balboa, à l'image du combat contre Apollo Creed pour son personnage, peut faire basculer sa vie, Stallone refuse de vendre son script s'il n'obtient pas la garantie de jouer le rôle titre. Les producteurs firent monter très haut les enchères pour acheter ce script mais ils voulaient une star confirmée sur l'affiche : dans un premier temps, le rôle fut proposé à James Caan, Robert Redford, Burt Reynolds ou Ryan O'Neal. Le peu d'expérience de l'acteur décourage plus d'un producteur. 
 
C'est finalement en 1976 qu'il obtient gain de cause et que sort Rocky réalisé par John G. Avildsen. Le tournage est un exploit car il fut bouclé en à peine un mois et avec un budget dérisoire. À l'image de son personnage, Stallone se retrouve propulsé sur le devant de la scène, le film connaissant un succès inespéré et décrochant dix nominations aux Oscars. En définitive, le film remporte 3 Oscars, dont le plus important, celui du meilleur film de l'année. L'histoire universelle de Rocky, celle des "petits" qui s'affirment et se réalisent à force de courage mais aussi grâce au coup de pouce du destin - en somme une allégorie du rêve américain - fait naître un mythe du cinéma américain moderne et façonne aussi une dimension hors normes à son interprète. 
 
Stallone retrouvera le personnage de Rocky à cinq reprises, en 1979, 1982, 1985, 1990 et 2006. Stallone a écrit tous les scénarios de la saga et a réalisé Rocky II, Rocky III, Rocky IV et le sixième volet, intitulé Rocky Balboa. La série des Rocky présente un parallèle troublant entre la carrière de l'acteur et du boxeur qui s'embourgeoisent tous deux au fil des ans : on quitte le petit "tocard" paumé de Philadelphie pour évoluer vers une superstar accaparée par son image (Rocky III), voire un fer de lance du patriotisme américain en pleine relance de la guerre froide (Rocky IV où il afronte un boxeur de l'Union soviétique). La série perd en fraicheur ce qu'elle gagne en spectacle et aussi en recettes, puisque les épisodes successifs ne cessent d'améliorer les scores du box-office, allant jusqu'aux 300 millions de dollars récoltés dans le monde par le 4ème épisode. Seul le 5ème volet viendra perturber cette success story, en raison d'un retour aux sources et d'un scénario, axé sur le déclin du boxeur, qui heurtera les fans habitués au triomphe de leur idole. 
 
En 1982, Stallone interprète dans Rambo l'autre rôle qui marquera sa carrière : celui d'un vétéran du Viêt Nam sans domicile fixe qui est pris en grippe par un shérif de province qui ne veut pas voir dans "sa" ville le symbole d'une Amérique qui a perdu. Stallone reprendra le rôle de John Rambo à trois reprises (1985, 1988 et 2008). Le personnage de Rambo, que Stallone considère comme son "côté obscur" (Rocky étant son "côté clair"), reprend quelques éléments de la vie de Stallone comme la saga Rocky. Avant d'incarner Rambo pour la premiére fois, le statut de star de Stallone est incontestable, mais en tant qu'acteur il n'est pas pris au sérieux, tout comme Rambo. Si Rocky était le film du rêve américain, Rambo montre le revers de la médaille : seul celui qui suit les régles de la société trouvera une place, ce que ne fait pas Rambo un marginal tragique à qui un shérif lui refuse un retour à la vie civile pour avoir commis le crime de parcourir à pied le pays symbolisant la liberté. 
 
Rambo est vraiment le rôle qui le consacre superstar mondiale du cinéma : son personnage de vétéran guerrier devient une icône et suscite une véritable "Rambomania", à tel point que son look est adopté par des terroristes et des guerilleros un peu partout dans le monde. Le personnage et ses exploits sont habilement exploités par le gouvernement Reagan, alors que la guerre froide connaît ses derniers soubresauts. Rambo, surtout avec le deuxième épisode de la trilogie (le premier étant plus ambigu), redonne de la fierté aux Américains qui pansent encore les plaies douloureuses du "bourbier" vietnamien : non seulement Stallone rompt avec un cinéma américain très virulent à l'égard de l'attitude des troupes de l'Oncle Sam pendant la guerre du Viêt Nam (Apocalypse Now,Voyage au bout de l'enfer...), mais en plus la trame du film Rambo II - le héros repère et libère des soldats américains encore détenus dans les geôles vietnamiennes - véhicule l'idée selon laquelle ce nouveau héros américain venge à lui seul un pays déshonoré et gagne une guerre perdue par les bureaucrates. 
 
C'est pour cela que Rambo, et par la même occasion Stallone, deviennent en quelque sorte l'image de l'Amérique fière et nationaliste des eighties et provoquent de nombreuses réactions de rejet ou de moquerie, très vives en France avec les Guignols de l'info, où la marionnette de Stallone représente l'Amérique, et avec les Nuls. 
 
Stallone est la superstar des films d'action à cette époque, mais les rôles de Rocky et Rambo ont tellement marqué les esprits et sa carrière que ses autres films des années 1980 n'ont pas vraiment marché, même s'il s'est essayé à plusieurs genres : le thriller policier avec Les Faucons de la nuit, le film de guerre avec À nous la victoire (1981), la comédie musicale avec Rhinestone (1984), la comédie policière avec Tango et Cash (1989) ou encore le film carcéral avec Haute sécurité (1989), sans oublier le film d'action policière avec Cobra (1986) (le public et la critique ont cependant tendance à rattacher la plupart de ces films au terme générique "film d'action", ce qui explique en partie pourquoi Stallone a souvent été accusé de faire toujours le même type de film). 
 
Dans les années 1990, Stallone laisse derrière lui les personnages de Rocky et de Rambo. Voulant s'arracher au carcan de ces deux personnages, il essaye (pour marcher sur les traces de son rival Schwarzenegger mais sans succès) de percer dans la comédie, avec L'Embrouille est dans le sac et Arrête ou ma mère va tirer. Sa cote chute et Stallone traverse une première période de vaches maigres. C'est son ami mais concurrent de toujours, Schwarzenegger, qui devient la star du box-office, mais à cette époque également émerge une nouvelle génération de héros d'actions (Steven Seagal, Chuck Norris, Jean-Claude Van Damme, Bruce Willis) qui renouvelle le genre et marche sur ses plates-bandes. 
 
Ayant retenu la leçon de ces échecs, il décide alors de revenir au cinéma d'action, avec des fortunes diverses : il joue ainsi dans des films comme Cliffhanger, Demolition Man, L'Expert, ou Judge Dredd. 
 
Ces dernières années, son rôle qui a le plus marqué la critique lui a été offert par James Mangold en 1997, avec Cop Land. Il y incarne un shérif faible et bedonnant d'une petite ville de policiers tenue par la mafia. Il prend 20 kilos pour ce rôle et étonne de nombreux observateurs. 
 
Cop Land n'obtient cependant qu'un succès d'estime. Dès lors, l'acteur, qui a franchi la barre des 50 ans, traverse de nouveau une période peu fructueuse : il enchaîne les échecs commerciaux avec des films comme Driven (2001), Get Carter (2001), D-Tox (2002), ou Les maîtres du jeu (2004). Le type de films qui a fait sa gloire est passé de mode : les baroudeurs bodybuildés ont cédé la place aux superhéros de comics, aux aventuriers de mondes numériques ou encore aux experts en arts martiaux. Beaucoup le considèrent alors comme définitivement "has been". 
 
En 2004, il présente sur NBC une émission de télé-réalité The Contender dans laquelle on voit le quotidien de boxeurs qui se battent pour devenir le meilleur d'entre eux. En France, l'émission fut diffusée par Canal+ et W9. 
 
Après de longues années passées à essayer de convaincre des producteurs, "Sly" revient sur le devant de la scène en 2006 avec un sixième volet de la saga Rocky : un projet qui semble insensé pour beaucoup et qui déclencha même son lot de railleries. 
 
Pourtant, Rocky Balboa, délibérément axé sur la nostalgie et sur un retour aux sources du premier épisode, lui permet de renouer avec le succès critique et les premières places du box-office. Stallone a su toucher le public en tenant compte de son statut de star déchue et vieillissante. Peu après il donne une semi conclusion à son autre saga culte: Rambo. Le quatrième film de la série, "John Rambo" présente une intrigue qui rappelle Rambo 2 mais renoue avec l'ambiance sombre du premier opus que ce soit par la crise existentielle du vieux vétéran traumatisé par le Vietnam ou la dénonciation du conflit Birman. De nouveaux projets se profilent ainsi à l'horizon comme la réalisation d'un vieux rêve, une biographie filmée de son écrivain fétiche, Edgar Allan Poe. Le vieux lion n'a donc pas fini de rugir....Néanmois Sylvester Stallone a déjà commencé à écrire le dernier volet de la saga Rambo a-t-il déclaré dans un magazine Suédois. 
 
À noter que Sylvester Stallone est aussi réalisateur : il a mis en scène les volets II, III, IV et VI de la saga Rocky ainsi que la Taverne de l'enfer (1978) et Staying Alive (1983) avec John Travolta (la suite de la Fièvre du samedi soir), sans oublier le dernier volet de la saga Rambo. Il est également le scénariste ou le co-scénariste de tous les films qu'il a mis en scène et de plusieurs films qu'il a interprétés sans les avoir réalisés (F.I.S.T., Cobra, Cliffhanger...). 
 
Sylvester Stallone a été marié trois fois : 
 
De 1974 à 1985, avec Sasha Czack, dont il a eu deux fils : Sage Moonblood (né en 1976) et Seargeoh (né en 1979, souffrant d'autisme) ;  
De 1985 à 1987, avec l'actrice Brigitte Nielsen ;  
Depuis 1997, avec Jennifer Flavin, dont il a eu trois filles : Sophia Rose (née en 1996), Sistine Rose (née en 1998), et Scarlet Rose (née en 2002).  
 
Il est le frère du chanteur et acteur Frank Stallone, né en 1950. 
 
Par ailleurs, leur père, Frank Stallone Sr., a été marié quatre fois et est devenu le père, au cours de sa dernière union, de Dante Stallone (né en 1997), dont la différence d'âge avec l'aîné de ses demi-frères est de plus de 50 ans

Filmographie Sylvester Stallone

Creed II - Action, Drame

Creed II

Action, Drame 
janvier 2019
The Go Go boys: The Inside Story of Cannon Films - Action, Documentaire, Science-Fiction, Fantastique

The Go Go boys: The Inside Story of Cannon Films

Action, Documentaire, Science-Fiction, Fantastique 
février 2015
John Rambo - Action, Drame

John Rambo

Action, Drame 
février 2008