"Pompeii", "Only Lovers Left Alive", "Nebraska"... Votre Cinereview - Actu Cinema

    

Bienvenue dans votre Cinereview hebdomadaire, comme chaque semaine nous allons passer en revue les sorties de la semaine pour vous aider dans votre choix.  Comme d’habitude, nous avons de tout dans notre panier.

Ce n’est pas encore le carnaval de Rio et pourtant vous allez avoir chaud ! « Pompeii » et son éruption du Vésuve vont vous faire trembler. Ne vous attendez pas à en apprendre plus sur l’évènement de 79 ap JC,  Paul W.S Anderson a clairement misé sur le divertissement et non sur l’historique. Histoire d’amour, de vengeance tout y est mais même si notre héros est gladiateur, on est loin du flamboyant peplum de Ridley Scott en 2000. Bref on n’est pas volé, on en prend plein la vue lorsque le volcan se réveille pour le cours d’histoire par contre, on devra se rabattre sur Wikipédia.

On continue avec « Only Lovers Left Alive », le nouveau Jim Jarmusch. Après des succès tels que « Ghost Dog : The Way of the Samurai » ou encore « Broken Flowers », Jim nous revient avec une histoire de vampire. Attention, on est à 1000 kilomètres de « Twilight ». Adam (Tom Hiddleston) est un vampire malheureux il a d’ailleurs commandé un balle en bois pour mettre fin à sa longue existence. Heureusement, Eve (Tilda Swinton) va quitter Tanger pour le rejoindre et tenter de lui faire entendre raison.  Jim Jarmusch vous emmène pour un voyage rempli d’images fabuleuses. Avis aux amateurs…

« Nebraska » est le dernier film d’Alexander Payne. Comme à son habitude, Alexander aime marcher sur le fil entre la comédie et la tragédie. « Nebraska » n’échappe pas à la règle. On suit les aventures d’un vieil homme persuadé d’avoir gagné le gros lot et de son fils qui le pense un peu sénil mais décide tout d même de l’emmener dans cette ville du Nebraska où il doit récupérer son lot. En chemin ils vont se retrouver bloquer  dans la ville natale du vieil homme, commence alors le récit de ses innombrables souvenirs d’enfance.  « Nebraska » est loin du film pop-corn, on se rapproche plus du réalisme des Dardennes  cependant il se laisse regarder avec tendresse.

Une histoire d’amour viendra illuminer les salles obscures. « Winter’s Tale » nous conte la vie de Peter Lake. Le pitch : « A New York, à l'aube du XXe siècle, Peter Lake, un voleur irlandais, s'éprend de Beverly Penn, la jeune et riche propriétaire de la demeure qu'il a cambriolée. Celle-ci décèdera quelque temps après, et Peter se découvrira un pouvoir surnaturel, celui de faire revenir les morts à la vie... » Un peu voir même un chouillat trop sirupeux, « Winter’s Tale » nous  ressort un bon melting-pot de déjà-vu avec de l’amour, du fantastique et le sempiternel combat entre le bien et le mal. Rien de nouveau sous le soleil donc, il plaira peut-être à ceux qui ont aimé le livre de Mark Helprin dont il est l’adaptation…

Après l’accueil chaleureux qu’avait reçu son court-metrage, Destin Cretton s’est lancé dans la version longue avec « Short Term 12 ». Son film nous raconte l’histoire de Grace à la tête d'un foyer pour adolescents qui fuit son passé, souvent aux dépens de sa relation avec son ami Mason. Son inspiration, Destin n’a pas été la chercher bien loin puisque lui-même a travaillé dans un foyer pour jeunes en situation difficile. Malgré les thèmes abordés, l’atmosphère n’est jamais lourde, elle est même teintée d’humour de temps à autre. Bien loin des super productions, Destin Cretton saura vous conquérir avec délicatesse.

Mais où est donc, notre comédie de la semaine ? Pas de Cinereview sans comédie ! Ah la voilà, elle s’appelle « Le Crocodile du Botswanga » et elle est française.  Juste après « Les Rayures du Zèbre », le film baigne également dans l’univers du football et de l’Afrique.  Le Pitch : « Leslie Konda, jeune footballeur français talentueux, repéré à son adolescence par Didier, un agent de faible envergure qui a su le prendre sous sa coupe, vient de signer son premier contrat d’attaquant dans un grand club espagnol. Dans le même temps, sa notoriété grandissante et ses origines du Botswanga, petit état pauvre d’Afrique centrale, lui valent une invitation par le Président de la République en personne : Bobo Babimbi  qui s’avère rapidement être un dictateur mégalomane qui va comploter avec Didier ». Un bon moment de divertissement en perspective.

On termine par les enfants qui auront la joie de découvrir ou redécouvrir les aventures de « Tarzan ». Tarzan est élevé par des singes, rencontre Jane jusque là rien ne bouge sauf que Jane a un ami/ ennemi qui  échafaude des plans infâmes pour détruire la jungle. Tarzan va devoir s’y opposer.  Une version moderne sans grande prétention du Tarzan qui a bercé notre enfance. Tarzan a gardé son slip léopard mais a perdu un peu de magie.

De la lave, des vampires, des amours surnaturels, du dictateur et enfin un tarzan 2.0, le choix va être va être difficile mais vous allez y arriver ! On vous fait confiance.

On se retrouve mercredi prochain pour un nouveau Cinereview. Bonne semaine cinéma !

 

Commenter cet article

Cliquez pour evaluer
Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les Conditions générales de Cinenews.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profile.
Afficher plus de commentaires

Plus d'infos sur les films

Toute l'actualité cinema

Dune: 5 chiffres autour du tournage - Actu

Dune: 5 chiffres autour du tournage

Il s'agit certainement de l'un des films les plus attendus de l'année. Cette oeuvre magistrale littéraire de science-fiction, écrite par Frank Herbert a toujours fasciné le milieu cinématographique. Après une adaptation sublime signée David Lynch, une version animée mitigée de Jodorowsky et une... Lire la suite...