"Divergent Series : Insurgent", "Still Alice", "Big Eyes"... Votre Cinereview ! - Actu Cinema

    

Bienvenue dans votre Cinereview hebdomadaire, comme chaque semaine nous allons passer en revue les sorties de la semaine pour vous aider dans votre choix.  Le soleil brille, les oiseaux chantent mais il fait encore un peu frais pour une terrasse ! Une petite sortie ciné est encore d’actualité.

On commence avec une suite « Divergent Series : Insurgent ». Tris est face à de nouveaux défis. Elle part à la recherche d'alliés et de réponses dans les ruines d'une Chicago futuriste. Tris et Quatre sont à présent des fugitifs en cavale et sont traqués sans relâche par Jeanine, à la tête d'une faction des Érudits assoiffée de pouvoir. Une véritable course contre la montre s'engage tandis qu'ils essaient de comprendre pour quelles raisons la famille de Tris a sacrifié sa vie, et pourquoi les chefs des Érudits sont prêts à tout pour les en empêcher… C’est Robert Schwentke qui a pris les rennes de cette suite plutôt réussie. « Divergent Series : Insurgent » a perdu les lourdeurs dont il souffrait dans le premier opus. L’histoire est déjà bien installée plus besoin d’explications et autres préparatifs, on passe tout de suite à l’action. Un bon moment de divertissement !

« Still Alice » est l’adaptation cinématographique du roman de Lisa Genova « L’Envol du Papillon ». Brillant professeur à Harvard, Alice Howland adore sa vie, qu'elle partage entre les cours, la recherche et sa famille. Peu de temps avant son cinquantième anniversaire, elle s'étonne de ses trous de mémoire. Le diagnostic est sans appel : elle est atteinte d'un Alzheimer précoce. A mesure que ses souvenirs s'effacent et que ses repères disparaissent, Alice doit apprendre à vivre au présent. Julianne Moore qui interprète Alice est tout simplement époustouflante. Elle n’a pas volé son Oscar de meilleure actrice. « Still Alice » est très touchant, pas question de l’oublier une fois les lumières allumées. Il vous poussera au questionnement existentiel.

Tim Burton revient avec une histoire vraie « Big Eyes » l’une des plus grosses arnaques artistiques du XXème siècle. Dans les années '50 et '60, le peintre Walter Keane rencontre un succès exceptionnel avec ses tableaux représentant des enfants aux yeux surdimensionnés. C'est alors que la vérité éclate : ce n'est pas Walter Keane, mais sa femme Margaret qui a peint les tableaux. Un des plus gros mensonges de l'histoire de l'art est mis à jour… On est loin de l’univers auquel Tim Burton nous avait habitué dans ses films précédent. « Big Eyes » est un drame psychologique réaliste  avec un scénario extrêmement bien ficelé. Le casting est juste parfait, il n’y a rien à ajouter. Vous pouvez y aller les yeux fermés mais ne vous attendez pas à une histoire fantastique marque de fabrique du maître Burton.

On retrouvera également à l’affiche « Fucking Perfect » un documentaire sur le chef étoilé Sergio Herman et la fermeture de son restaurant, « Amour Fou » une "comédie romantique" librement inspirée du suicide du poète Heinrich von Kleist, 1811 et enfin « Le Garçon et le Monde » film d’animation brésilien qui retrace le voyage d’un garçon à la recherche de son père dans  un monde fantastique dominé par des animaux-machines et des êtres étranges, une belle parabole sur l’exode rural aussi bien destinée aux adultes qu’aux enfants.

Une saga futuriste, une histoire criante de réalisme, un Burton qui n’en est pas vraiment un, un petit tour derrière les fourneaux ou une plongée dans un univers fantastique ? Quel sera votre menu cinéma?

On se retrouve mercredi prochain pour un nouveau Cinereview. Bonne semaine cinéma !

 

 

Commenter cet article

Cliquez pour evaluer
Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les Conditions générales de Cinenews.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profile.
Afficher plus de commentaires

Plus d'infos sur les films

Toute l'actualité cinema

Ces placements de produits beaucoup trop flagrants ! - Actu

Ces placements de produits beaucoup trop flagrants !

Pour financer un film, les producteurs n'hésitent pas à faire des placements de produits. Une apparition par-ci, une mention par-là, il existe de nombreuses façons de faire la promotion d'une marque. Si la plupart de placements restent heureusement subtils, vous verrez que d'autres le sont beaucoup... Lire la suite...
Quentin Dupieux : l'ovni du cinéma français - Actu

Quentin Dupieux : l'ovni du cinéma français

C'est l'histoire d'un mec qui tombe éperdument amoureux de son blouson en daim. Voilà comment Quentin Dupieux, réalisateur et DJ connu sous le nom de Mr Oizo, décrit son prochain film "Le Daim" qui sort ce mercredi 19 juin sur nos écrans, avec Jean Dujardin en tête d'affiche. Afin d'essayer de vous... Lire la suite...