Cinéma: Yvan Attal s'attaque au consentement et à la "zone grise" - Actu Cinema

   - 
Cinéma: Yvan Attal s'attaque au consentement et à la

Le cinéaste Yvan Attal s'attaque à la question de l'existence d'une "zone grise" autour du consentement dans "Les choses humaines", adaptation d'un roman à succès en salles mercredi, dans lequel il enrôle son fils. Le film reprend la trame du roman de Karine Tuil, prix Goncourt des lycéens et prix Interallié en 2019: une jeune femme porte plainte contre le fils de la nouvelle compagne de son père, qui, dit-elle, l'a violée à la fin d'une soirée étudiante. Ce dernier, issu de la haute bourgeoisie intellectuelle et médiatique parisienne, nie tout rapport sexuel contraint, invoquant la "zone grise" du consentement face à une partenaire qui n'aurait pas dit "non". Il finit par être mis en examen pour viol et jugé. Le film ne tranche jamais en faveur de l'un ou de l'autre protagoniste, laissant le spectateur se faire son intime conviction entre les deux versions des mêmes faits, qui ne sont jamais montrés à l'écran. "Le but ultime, c'est d'être bringuebalé entre les deux", a expliqué à l'AFP Yvan Attal lors de la Mostra de Venise, où le film était présenté hors compétition. Le réalisateur de "Mon chien stupide" (2018) et "Le Brio" (2017), 56 ans, a fait une nouvelle fois appel à sa compagne, Charlotte Gainsbourg, pour interpréter la mère du jeune accusé, une militante féministe. Il a aussi entraîné dans l'aventure leur fils Ben Attal, à qui il offre le premier rôle. Se mettre dans la peau de ce jeune étudiant brillant d'une université américaine, qui échoue à prendre conscience qu'il a agressé une jeune femme sur laquelle il a de l'ascendant, était "très, très compliqué", a expliqué Ben Attal, 24 ans. "J'aimerais aimer ce personnage mais je ne comprends pas comment quelqu'un d'aussi intelligent puisse ne pas comprendre l'émotion de l'autre", ajoute-t-il. "Je ne peux pas cautionner ça". Face à lui, la victime, Mila, est jouée par une nouvelle venue, Suzanne Jouannet, qui espère que le film puisse permettre "d'ouvrir le dialogue". "Sur la +zone grise+, les gens ne sont pas à l'aise, c'est subjectif", estime-t-elle. Pourquoi Yvan Attal a-t-il choisi son fils ? "Je voulais un garçon pour lequel on ne ressente pas tout de suite une répulsion, un gentil garçon", a répondu le réalisateur. Pourquoi ce jeune homme du film "n'a pas pu voir que cette fille ne voulait pas?", s'interroge Yvan Attal. (Belga / Belga)

© Photo: Shutterstock 

 

 Avis

 Toute l'actualité cinema

Le cinéma comme excutoire pour Yang Yonghi - Actu
Actu

Le cinéma comme excutoire pour Yang Yonghi

La cinéaste Yang Yonghi n'avait que six ans lorsque son frère aîné a quitté le Japon pour la Corée du Nord. Il faisait partie des étudiants offerts par des familles coréennes pour le 60e anniversaire du dirigeant Kim Il Sung. Lire la suite...

Newsletter
Inscrivez-vous à notre newsletter: