"Good Omens", quand une série télévisée repousse les limites - Actu Cinema

    
Actu

Un ange et un démon qui font cause commune pour sauver le monde, voilà le postulat de "Good Omens", la nouvelle série d'Amazon, symbole d'un âge d'or des séries repoussant sans cesse le champ des possibles. Les interactions entre Dieu et les hommes sont à la mode, à l'instar de "Miracle Workers", "The Good Place" ou "God Friended Me", séries qui se sont fait leur place dans le paysage télévisuel ces trois dernières saisons. Mais "Good Omens" va beaucoup plus loin, grâce à un gros budget mais aussi à la fantaisie des auteurs du livre dont il est tiré ("De bons présages"), Neil Gaiman et Terry Pratchett, un ouvrage publié en 1990 et qui compte des millions de fans dans le monde anglo-saxon. L'ange Aziraphale et le démon Crowley passent ainsi par le jardin d'Eden, le Paris de la Révolution française ou le Londres de la Seconde Guerre mondiale, même si l'intrigue centrale se déroule de nos jours. Dans la mini-série en six épisodes mise en ligne sur Amazon vendredi et co-produite avec la BBC, on croise des nonnes sataniques, une sorcière, un chien maléfique, l'archange Gabriel sous les traits de Jon Hamm ("Mad Men"), ou l'un des quatre cavaliers de l'Apocalypse en jeune femme toute de cuir vêtue. "En général, quelque chose d'aussi excentrique et inhabituel (...) est plutôt une petite production", a observé Michael Sheen, qui interprète l'ange Aziraphale, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes. Mais la soif de contenu de la part des acteurs traditionnels de la télévision comme des nouveaux venus, engagés dans une compétition féroce, a sensiblement élargi l'horizon des auteurs. Avec la fragmentation des audiences, les diffuseurs acceptent de mieux en mieux les programmes qui ne s'adressent pas à tous les publics. "Cela n'aurait pas été +filmable+ dans les années 90 et le début des années 2000", a reconnu Jon Hamm, lors d'une table ronde avec des journalistes à Londres. "Et nous voilà dans cette nouvelle ère du contenu et de la création dans laquelle on peut faire ce qui est en fait un film de six heures." (Belga / Belga)

Commenter cet article

Cliquez pour evaluer
Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les Conditions générales de Cinenews.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profile.
Afficher plus de commentaires

Toute l'actualité cinema

Scott Eastwood lance sa ligne de vêtements - Actu

Scott Eastwood lance sa ligne de vêtements

L'acteur américain Scott Eastwood lance une nouvelle marque de sous-vêtements destinée aux Américains qui souhaitent acheter des caleçons et des chaussettes fabriqués aux États-Unis, rapporte WENN.
Récompensé à Deauville, Johnny Depp adresse un tendre message à sa famille - Actu

Récompensé à Deauville, Johnny Depp adresse un tendre message à sa famille

Johnny Depp était l'un des invités de marque du Festival du cinéma américain de Deauville ce dimanche. Il présentait son nouveau film 'Waiting the Barbarians' et a été récompensé d'un prix pour l'ensemble de son oeuvre. Il a saisi l'occasion pour faire part de son admiration pour sa famille.
Susan Sarandon tacle les Oscars - Actu

Susan Sarandon tacle les Oscars

L'actrice américaine Susan Sarandon, venue promouvoir son dernier film au festival de Toronto, en a profité pour écorcher les Oscars, dont les récompenses s'achètent désormais plus qu'elles ne se méritent selon elle.
Venise 2019 - Gloria Mundi - Actu

Venise 2019 - Gloria Mundi

Robert Guédiguian revient à Venise avec un best off de son oeuvre. Exaspérant.