Infos

  • 24 mai 2017
  • 119 minutes
  • France, Belgique (2017)
  • Français

Synopsis

À Paris, en 1880, Auguste Rodin reçoit enfin à 40 ans sa première commande de l'Etat : ce sera La Porte de L'Enfer composée de figurines dont certaines feront sa gloire comme Le BaiseretLe Penseur. Il partage sa vie avec Rose, sa compagne de toujours, lorsqu'il rencontre la jeune Camille Claudel, son élève la plus douée qui devient vite son assistante, puis sa maîtresse. Dix ans de passion, mais également dix ans d'admiration commune et de complicité. Après leur rupture, Rodin poursuit son travail avec acharnement. Il fait face au refus et à l'enthousiasme que la sensualité de sa sculpture provoque et signe avec son Balzac, rejeté de son vivant, le point de départ incontesté de la sculpture moderne.

Séances de "Rodin"

Galerie photos "Rodin" (4)

Rodin - Photo 1 Rodin - Photo 2 Rodin - Photo 3 Rodin - Photo 4

Avis de la presse

Le soir + / MAD
Critique : Rodin ne cherche pas à plaire, il cherche le vrai
« Je ne cherche pas à plaire. Je cherche le vrai. » Cette phrase de Rodin, immense sculpteur connu aussi pour son histoire d’amour passion avec Camille Claudel, est au cœur du film de Jacques Doillon. Tout comme cette autre réplique où il dit: « Il faut que mes mains sentent ce que mes yeux voient, sinon c’est foutu ». C’est donc un film ... Lire la suite
Critique : Une cherche pas à plaire, il cherche le vrai
« Je ne cherche pas à plaire. Je cherche le vrai. » Cette phrase de Rodin, immense sculpteur connu aussi pour son histoire d’amour passion avec Camille Claudel, est au cœur du film de Jacques Doillon. Tout comme cette autre réplique où il dit: « Il faut que mes mains sentent ce que mes yeux voient, sinon c’est foutu ». C’est donc un film ... Lire la suite
SudInfo.be
Joaquin Phoenix: "Je ne veux pas être un héros"
Dans « You were never really here » de Lynne Ramsay, le dernier film en compétition, Joaquin Phoenix, mémorable interprète de James Gray (« La nuit nous appartient », «Two lovers », « The Immigrant ») et de Théodore, cet homme solitaire de notre futur immédiat envoûté par la voix de Scarlett Johansson dans « Her » de Spike Jonze, joue ici le rôle, percutant et obsessionnel d'un vétéran brutal et torturé qui, pour libérer une gamine prise dans un réseau de pédophilie, est, presque malgré lui, entraîné dans une spirale de violence et de corruption. Lire la suite
Critique : Vincent Lindon, sinon rien !
Jacques Doillon, l'un des auteurs les plus singuliers du cinéma français de ces dernières décennies (« Un sac de Billes », « La Drôlesse », « Le petit criminel », « Ponette », ...), a resuscité Rodin, 30 ans après que Bruno Nuytten n'en ai fait que le maître « éteint » et l'amant virulent de « Camille Claudel » (avec Isabelle Adjani) . Lire la suite
Cannes: Vincent Lindon incarne le sculpteur Rodin à l’écran, «un homme en colère» (vidéo)
A l’écran, il a été vigile et maître-nageur. Deux ans après le triomphe de «La loi du marché» et son prix d’interprétation à Cannes, Vincent Lindon s’est glissé dans la peau d’un artiste, le sculpteur Auguste Rodin, un «homme en colère» comme il les aime. Lire la suite
La Libre
Critique : Un biopic qui laisse de marbre
Bien que chronologique, le film avance par tableaux autonomes, séparés les uns des autres par des fondus au noir, pour figurer l’invisible, le génie créateur. FERNAND DENIS Lire la suite
Entretien : "Je ne voyais que Vincent Lindon pour jouer Rodin"
Le Festival de Cannes aime les retours. La 70e édition a organisé celui de Jacques Doillon qui fait partie de la légende cannoise avec la projection houleuse, chahutée de bout en bout de "La Pirate" en 83. Cette fois, il revient accompagné de deux valeurs sûres : Rodin et Vincent Lindon. Lire la suite
Entretien : "Je n'ai pas les moyens de m'habiller bon marché'
Le prix d'interprétation 2015 revient à Cannes dans la peau d'un sculpteur. C'est la première fois qu'il incarne un personnage historique. Parce qu'il partage son point de vue sur l'art et le travail. Entretien. FERNAND DENIS Lire la suite

Avis des blogueurs

Madame fait son Cinema
Critique : Rodin de Jacques Doillon – Compétition Officielle
Dans Rodin, Jacques Doillon pose son regard de cinéaste sur le sculpteur Auguste Rodin pour une captivante symbiose des arts entre le film et la sculpture Paris, en 1880. Rodin, 40 ans, reçoit enfin sa première commande de l’état. Ce sera La Porte de l’Enfer, sculpture monumentale composée de plusieurs figurines qui feront sa gloire, … Lire la suite
Entretien : « On recherche quelque chose qui tient de l’invisible, du domaine de l’inattendu parce que la vérité est faite de ça aussi »
Dans Rodin, la démarche cinématographique de Jacques Doillon se reflète comme un miroir avec celle d’Auguste Rodin. On imagine aisément le cinéaste réfléchir à la scène et demander à ses acteurs d’évoluer dans l’espace, rectifier un détail, comme peut le faire le sculpteur avec son modelage. Réaliser un film sur Rodin n’est donc pas un … Lire la suite

Votre avis

Autres films à l'affiche...

Eté 1993 - Drame, Famille

Eté 1993

Drame, Famille 

Liens commerciaux

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Bandes-annonces

Nos sélections

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Tous les détails sur la façon dont nous utilisons les cookies