Angle Mort (Dode Hoek) de Nabil Ben Yadir : Thriller choc dans une Belgique bleu glacé - Critique Cinema

    

Après Les barons et La marche, Nabil Ben Yadir réalise un thriller palpitant au rythme soutenu qui prend racine en Belgique, un film d’ambiance aux tons froids qui rappelle les excellentes séries nordiques comme Forbrydelsen ou Bron. Cette Intrigue politico- policière s’ancre dans la réalité belge en s'en affranchissant grâce à une mise en scène finement ciselée qui magnifie le thriller en donnant une véritable singularité au récit. Le directeur photo Robrecht Heyvaert complète cette mise en scène en réalisant une image froide dans les tons bleus-gris qui nous transporte illico dans une ambiance singulière.

L’impressionnante scène d’ouverture donne le ton. On découvre un homme de dos à la stature large, face à un miroir en triptyque. Il discute avec d’autres personnages qui entrent et passent dans ce cadre. On a déjà un angle mort, le hors champ du miroir. On suivra ensuite cet homme mystérieux, avant de le découvrir : commissaire Jan Verbeeck, en pleine lumière sur un plateau de télévision.

Peter Van Den Begin (D'ardennen de Robin Pront, King of the Belgians de Peter Brosens et Jessica Woodworth) est éblouissant en Jan Verbeeck, charismatique commissaire démissionnaire prêt à en découdre avec la politique. Il envisage une candidature ministérielle pour un parti d’extrême droite, le VPV. Leen, Ruth Becquart (Wat mannen willen de Filip Peeters), nommée commissaire ayant pour mission de réinstaurer des règles au sein de la police, est impressionnante de stoïscisme. Son duo avec Jan Verbeeck est captivant, notamment dans une séquence ou les deux commissaires vont se tenir tête lors d’un interrogatoire, dans un face à face extrêmement tendu. Dries, le touchant Soufiane Chilah (Black de Adil el Arbi et Bilall Fallah), est un personnage emblématique de l'histoire. Considéré dans les quartiers magrébins comme un « vendu » il se dit traité de « macaque » par ses collègues policiers. C’est un personnage très intéressant qui s’attache au commissaire Jan Verbeeck comme à un père en acceptant même l’humour borderline de celui-ci « à ce moment-là tu étais encore au Maroc sur ton tapis volant ». Soulignons un casting particulièrement trié sur le volet, y compris pour les seconds rôles.

Les questions du racisme, de la montée de politiques dangereuses et extrémistes favorisées par les médias sont parfaitement traitées dans ce thriller qui nous tient en haleine. Les personnages populistes répondent tous aux problèmes du pays par leur propre candidature comme solution. Cela résonne bien sûr dans un pays qui subit parfois des tensions communautaires. Le racisme est aussi abordé sans manichéisme, bien au contraire. La relation qu’entretiennent Jan et Dries proche de celle d’un père et de son fils en est un beau symbole de complexité intelligemment pensé et mis en scène. Une réussite.  

Stéphanie Lannoy Madamefaitsoncinema.be

Commenter cet article

Cliquez pour evaluer
Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les Conditions générales de Cinenews.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profile.
Afficher plus de commentaires

Plus d'infos sur le film

Toute l'actualité cinema

Watchmen, l'étrange série de HBO inspirée par un comics culte - Actu

"Watchmen", l'étrange série de HBO inspirée par un comics culte

Suprémacistes blancs, pieuvres tombées du ciel et un homme bleu sur Mars: la chaîne américaine HBO n'a pas lésiné pour adapter le comics culte "Watchmen", prenant le parti de désorienter son audience avec cet improbable mélange des genres.
Jennifer Aniston réunit tous ses friends sur Instagram - Actu

Jennifer Aniston réunit tous ses friends sur Instagram

L'actrice a explosé le compteur de likes sur Instagram en dévoilant un selfie rassemblant Lisa Kudrow, Courteney Cox, David Schwimmer, Matthew Perry et Matt LeBlanc à ses côtés.
L'actrice américaine Felicity Huffman est en prison, pour deux semaines - Actu

L'actrice américaine Felicity Huffman est en prison, pour deux semaines

Felicity Huffman va dormir derrière les barreaux dès mardi soir: l'actrice américaine a été condamnée le mois dernier à deux semaines de prison pour avoir payé 15.000 dollars afin de falsifier les tests d'entrée à l'université de sa fille aînée.