The Cut: Les cicatrices de la guerre - Chronique Cinema

 

Pauvreté, guerre, désespoir, panique, menaces, destruction, oppression, maltraitance, viol, assassinat de sang froid: ce que vit et voit le personnage principal de The Cut pourrait donner des cauchemars pour une vie entière. Il faut dire qu’en arrière-plan, on retrouve le génocide arménien de 1915, lorsque l’Empire Ottoman a éliminé sans remords entre 1 et 1,5 millions d’Arméniens.

 

En soi, Fatih Akin mérite le respect: ça demande du courage, pour un réalisateur turc, de faire un film sur cette thématique. Mais nous n’irons pas jusqu’à la standing ovation, loin de là même, car le film en question reste embourbé dans ces bonnes intentions.

 

Peut-être est-ce à cause du gros budget demandé par le film, ou peut-être qu’il n’a pas osé aller jusqu’au bout. Mais on ne peut nier le fait que, malgré toute la misère montrée dans The Cut, le film ne prend jamais à la gorge. Akin s’en tient à un sage et brave mélo sur un homme prêt à remuer ciel et terre pour réunir sa famille. On peut évidemment admirer la persévérance que ce personnage principal met en œuvre dans cette entreprise. Mais après la énième piste avortée, on ne peut s’empêcher de laisser son esprit vagabonder en direction de la  bière fraîche ou du délicieux repas qui nous attend après le film.

 

 

 Avis

 Toute l'actualité cinema

The Cut

The cut

Drame  De : Fatih Akin Avec : Tahar Rahim, Simon Abkarian, Makram Khoury Anatolie, 1915. Dans le tumulte de la Première Guerre mondiale, alors que l'armée turque s'attaque aux Arméniens, le jeune forgeron Nazaret Manoogian est séparé de sa femme et ses deux filles. Des années plus tard, rescapé du génocide, Nazaret apprend que ses filles sont toujours en vie. Porté par... Lire la suite...

Newsletter
Inscrivez-vous à notre newsletter: