Fin de partie: amis à la vie, à la mort - Chronique Cinema

    
"The Farewell Party": mort de rire

"J'ai presque 90 ans et les voilà penchés sur mon corps comme si j'en avais 16". Cette répartie, prononcée par une patiente atteinte d'un cancer en phase terminale, résume parfaitement le ton de The Farewell Party.

Cette co-production germano-israélienne pose de manière frontale les questions éthiques du recours à l'euthanasie et assume, sous la forme d'une comédie douce-amère, son parti pris culotté face à un tel sujet : en rire. Mais pas de manière gratuite. Chaque situation et dialogue, particulièrement savoureux, amènent tant les personnages que les spectateurs à se questionner sur leur rapport à la douleur et à la mort, et à ce qu'il feraient s'il étaient confrontés à la souffrance intolérable d'un proche. Donner la mort, à leur demande, à des personnes qu'ils aiment sincèrement, fait-il d'eux des assassins ou des amis loyaux et courageux? A la manière des comédies sociales anglaises, le rire court-circuite les larmes (de manière un peu trop mécanique, d'ailleurs) et évite au film de verser dans le sentimentalisme ou la leçon de morale.

Si le scénario s'avère quelque peu prévisible, la truculence des personnages, présentés comme "de grands enfants dont le corps a vieilli", et la sensibilité de l'approche finissent par emporter le morceau.

Commenter cet article

Cliquez pour evaluer
Encore 0 caractères avant de poster
En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les Conditions générales de Cinenews.
Auteur : ()
Deconnectez-vous pour changer de profile.
Afficher plus de commentaires

Plus d'infos sur le film

Toute l'actualité cinema

Les 5 pépites de Be tv à regarder en mai - Actu

Les 5 pépites de Be tv à regarder en mai

En mai fais ce qu'il te plaît... Le binge watching est donc permis. Voici les 5 films et séries à ne pas manquer du catalogue Be tv. A consommer sans modération.
Les vertiges du Jeune Ahmed - Actu

Les vertiges du Jeune Ahmed

Avec Le Jeune Ahmed, les frères Dardenne reviennent à l'ADN de leur cinéma, le portrait complexe, aussi pudique que direct d'une jeune âme tourmentée, prête à tout pour accomplir sa quête. Un enfant pris dans le tourbillon de la radicalisation religieuse.    Lire la suite sur Cinevox
Douleur et Gloire - Critique

Douleur et Gloire

Pedro Almodovar et le Festival de Cannes, c'est une longue histoire. Les voici à nouveau réunis pour l'oeuvre la plus personnelle du réalisateur espagnol.
Festival de Cannes 2019 : Jours 6 & 7 - Actu

Festival de Cannes 2019 : Jours 6 & 7

Le Festival bat son plein et continue à proposer des films forts comme la nouveauté du mystique Terrence Malick.